Article rédigé… il y a longtemps.

Ouahou, ça fait longtemps que je n’ai pas touché à mon blog. Mon aventure Hampshirite se termine dans 5 semaines exactement, il commence à re-faire beau dehors et on a eu un bar à smoothie au déjeuner aujourd’hui. Et Sciences Po Paris a gagné le Crit. What a good day. Bon, c’est aussi le temps de choisir son master, cf « Attention les enfants on arrête les conneries, les Queer Studies et le Swahili, et on se choisit un avenir! ». Je deviendrai donc dans quelque mois la première Echange Alumni d’Hampshire College en Affaires Publiques. C’est beau.

Je ne sais absolument pas par quoi commencer tant il s’est passé de choses. L’hiver fut long, douloureux et très chiant. Honnêtement. Heureusement que mes cours, mes activités et Kenza (lol) me gardaient active, sinon il y a vraiment de quoi faire une dépression. Il fait froid, humide, personne ne sort, tout le monde fait la gueule.
Depuis quelque jours, on sent le Printemps revenir dans le Western Mass. Je peux enfin faire mes trajets habituels en 5 mn et plus en 10mn (significant improvement), car la neige a fondu. Je peux fumer dehors sans attraper une pneumonie (NON, je n’ai toujours pas arrêté). On peut aussi s’asseoir à nouveau dans l’herbe et faire disparaître nos paires de chaussures à nouveau (ça, c’est pour les hippies, pas pour moi).

Mais qui dit printemps, dit Springbreak ! Je suis partie avec Kenza (hé oui, encore), car évidemment Hampshire et Mount Holyoke ont leurs vacances en même temps, et que Springbreak est un congé très étalé dans les universités Américaines. Après avoir envisagé des destinations exotiques (Jamaïque, Caraïbes, République Dominicaine), nous avons décidé qu’après tous nous étions aux U.S. et qu’il fallait en profiter. D’où notre choix de faire un double voyage à Miami et à la Nouvelle Orléans !

Tout comme dans la paire je suis la bouche et Kenza le cerveau, on s’est dit que Miami serait la glande et le shopping et la Nouvelle Orléans la découverte et la culture. 5 avions plus tard, nous n’avons pas regretté notre voyage que je vais tenter de vous raconter en images.


Quelques vues de Miami

Calle Ocho Street Festival. Le plus grand street festival du monde, 1 million de Latinos dans une seule avenue !
Tout le monde assez dénudé et porte ses couleurs avec grande fierté. Une après-midi d’orgie alimentaire, de bachata, merengué et reggaeton, de soleil en résumé.

South Beach, son sable blanc et sa plage étonnamment propre, la mer aussi froide que dans le Nord Pas de Calais, les frat boyz qui jouent à des jeux à boire, les maillots de bain pas très couvrants, les voitures de pimp… Et au milieu de tout ça,  deux petites françaises qui semblent tout droit sorties d’un couvent!

Kenza Daldoul, Doul, Doudoul, Dildoul, Kek, Kékette, Dildoul, Nénette, Trésor, Lapin,  كنزة
Ma compagnonne de voyage et de souffrance dans le Western Mass.
Ma moitier, ma confidente, tkt bb
On était censées se détester après 2 jours de voyage et elle m’a supporté tout du long malgré mon insupportabilité et autres problèmes de vieux couple qu’on rencontre quand on passe une semaine à deux 24h/24. Elle a enduré des heures de blabla sur ma famille, mes chats et mon rapport à la religion, elle n’a pas pu aller dans les clubs dégueu de Miami à cause de moi (!),  elle a supporté 12 crises d’angoisse de ma part dans l’avion, je lui ai raconté la saison 1 de L Word en entier avec tous les détails…
Kenza = Mère Thérésa 2.0

Saint Patrick à la Nouvelle Orléans ! Nos deux jours ont été très « verts », pleins de parades et de bière.

 

Bourbon Street, la rue du vice et plus encore

 

Saint Patrick’s Day Parade, où la meilleure façon d’achever notre séjour dans la plus belle ville du Sud.
C’est donc la tête pleine d’images,  (presque) bronzées et emplies de Sciences Po Love (Liza, Raphael, Basile, Antoine…) que nous sommes retournées dans notre Massachusetts adoré pour finir notre 2e semestre. 


Hi all !

It’s your favorite French cat talking. Regarding the fact that 1000+ Hampshire kids are planning on going to Paris this summer, and at least two of them have their tickets, I figured out that several articles on where to go/what to do/what to say would be helpful – and this way I don’t have to send a thousand emails to people !

This post will answer the first and most pressing question of any tourist in La France : WHAT TO VISIT IN PARIS ? (museums, public parcs & places)

Of course, you all know that you should see la Tour Eiffel, le Louvre and les Champs Elysées (although, I’m not sure that the Tour Eiffel is such a good idea). I’m here to guide you to other cool spots, museums, parcs, a number of them being free.
I don’t guarantee you will all like everything, but from what I know, I’m not the only one recommending those places.

Before starting, let me say a couple of things about the most famous tourist spots in Paris :

  • La Tour Eiffel : I mean, you have to see it, but it’s NOT a big deal. What you have to know is that it’s iron-made and it’s flashing at night. That’s it. So if you’re staying only for a few days, pleaaaase don’t waste an afternoon to go inside, you’ll wait a lot with a lot of noisy tourists. Take a night cruise on the Seine with Les Vedettes du Pont Neuf (8 euros with the coupon from the website),  hear about the history of the city told by awesome students, and see the Eiffel Tower flashing at night from the boat – it’s way better.
  • Les Champs Elysées :  Same, you have to see it, but don’t be too enthousiastic – stars don’t actually hang out there, and there’s pretty much nothing to do in there except shopping worldwide distributed brands (the only ones who can afford the spots) and see crazy cars in Renault and Peugeot showrooms (this is actually pretty fun). Don’t ever make the mistake of eating there or even taking coffee there – I think a diet coke on the Champs will cost you between 8 and 10 euros. I would recommend going to the Petit and Grand Palais (métro Champs Elysées-Clemenceau) and walk from there to the Champs (very simple), it’s a beautiful walk and both the Palais have often interesting things to check out.
  • Le Louvre:  DO IT. Please, do it. It’s one of the biggest and most beautiful museums in the world, it’s absolutely worth the wait and the price of the tickets. But you should plan it : unlike most of the museums you’ve visited before, the Louvre is a GENERALIST museum, which means you can see everything from Ancient Egypt stuff to contemporary Art. The Louvre has a permanent exhibition of 35 000 artworks, my dad used to say that it would take exactly 3 days to see everything. So my advice is : choose what you want to visit beforehand ! The website is pretty good, and they have interactive maps in it.

The Louvre Pyramid by Ieoh Ming Pei (1983)

 

—————————————————————————————————

 

  • Chateau de Versailles : The little cute tiny house of Louis XIV – if you’ve heard about the guy, you know it’s neither tiny nor cute. It’s a palace, it’s absolutely gorgeous, and everything is made of gold ! I worked there, it’s overcrowded and one of the most visited buildings in the world but it’s a total must seen.
    You have to take a full day to see it, it’s a little bit outside Paris, but again it’s extremely worth it and you’re going to love it.
    It’s easily accessible with the train (RER), they explain everything on the website.
    Basically, it’s the Chateau of Louis XIV, the Sun King, the most famous and powerful King of France (17th century). A couple of kings after him lived there, until Louis XVI and Marie Antoinette, who as you know got killed in the 1789 Revolution. If you’ve seen the Marie Antoinette movie by Sofia Coppola, everything has been filmed there. 

    It’s better to visit it on Tuesdays or Thursdays in the summer. Fridays are OK too but try to avoid Wednesdays & weekends (I speak from experience, it’s CROWDED). It’s closed on Mondays.

    You should take a early train and be there for the opening. You can do the classic tourist tour of the Palace (worth it), and keep time to see the Trianon (another domain) and even more, Marie Antoinette’s estate (a shuttle will bring you there). You don’t have to though, because after the visit of the Palace, you have 1200 acres of gardens to see . To have a little idea of it :  http://www.youtube.com/watch?v=hsVa6bKwSvA
    Bring your lunch with you, they have lunch areas and you don’t want to pay 10 euros for a bad sandwich.

    Optional : During summertime, there’s a lot of shows (concerts, opera, theatre, fireworks) that are given IN the gardens. I saw number of them, I would recommend the Fountains Show (the best fireworks, music and foutains you’ve ever seen in your life) as well as the Open air Concerts (this year, lots of Vivaldi). For more info:   http://www.chateauversailles-spectacles.fr/home.php?&lang=eng

  • Musée d’Orsay (in Paris) Second most visited museum after the Louvre, their specialty is Impressionism and other painting styles of the 19th century (Monet, Manet, Courbet, Millet). They have the biggest Impressionnist collection of the world, and all the paintings you know from this period are there (example : Le déjeuner sur l’herbe from Manet) It’s amazing too, and located in a former train station. You should check out the Louvre and Orsay’s websites, I think they offer passes to visit several museums during your stay.
  • Centre Pompidou
    The BEST Modern and Contemporary Art museum ever. You’ve never seen anything like this building (a chef d’oeuvre from the 70s, thank you Renzo Piano), and the inside as exceptional. They have paintings, photos, video and digital arts, and film. There is also a great programmation of cinema, music, dance and theater – I would recommend checking the website before going to know what is happening that day. The surrounding area (Beaubourg) is very lively (lots of restaurants, bars, vintage shops, street art), and it’s near the big shopping mall Les Halles.


Centre Pompidou

  • Jardins du Luxembourg THE place parisians are hanging out in on sunny sunday afternoons.  I used the word gorgeous too many times already, but it really is. Its ideal to have a nice walk, see the building of the senate , have lunch/picnic/ice cream, listening to music (everybody’s playing music in this damn parc).
  • Jardins des Tuileries
    You will probably cross it without noticing, it’s right next to the Louvre and place de la Concorde. I play pétanque there with my friends  in the spring. It used to be the place where the old palace of the Kings (before Versailles) was, and it got burned during the Paris Commune of 1883; Only the garden remains.

Jardin des Tuileries

  • Panthéon A place dedicated (by Napoleon) to the glory of the Republic. The building is magnificent and all the Great French men are buried there. It’s free.
    People buried there : Voltaire, Rousseau, Condorcet, Pierre and Marie Curie, Victor Hugo, Emile Zola…
  • Ile de la Cité
    One of the only islands of Paris . There’s a bridge to go there from Notre Dame, totally worth seeing. It’s where Paris has been fouded. A cute little walk. Don’t plan on stopping there for lunch, it’s horribly expensive – except if you want to go on a romantic date ! There’s also always people playing the accordeon everywhere on this island. Good for a date, bad for your mental health.
  • Sacré Coeur (Montmartre) A must-seen too, usually people go to Montmartre to see Amelie’s neighborhood but this is THE building of the neighborhood. It’s basically an enormous Church on the top of Montmartre, you have to climb a ridiculous number of stairs to go there, but everybody does it. Visit the inside + the view of the outside. A very distinctive experience would be to come there for a mass, it’s absolutely beautiful. Here are the hours of masses. In this case, just walk in several minutes before the beginning of the mass, don’t sit too much in the front, this way you’ll be able to stay for half the thing and leave quietly without disturbing people !
    Also, when you visit Montmartre, bring your own lunch or buy something near your hotel, Montmartres restaurants are bad and very expensive.

Le Sacré Coeur – Montmartre

  • Palais Garnier (Opéra de Paris)

You can see the inside of the building for free. It’s where a majority of the shows of the Paris Ballet are happening, and it’s very prestigious. They also have cheap tickets to see Opéras or Ballets for students. Here is the programme for this season.

  • Cimetière du Père Lachaise
    A giant cemetery with super famous people in it. It’s a little bit far, but it’s a place photographers use a lot, you can make awesome pics there. It’s also free. You can find : Jim Morrison, Balzac, Molière, Edith Piaf, Oscar Wilde..

 

 


Me, posing at the Père Lachaise last April.

  • The Great Paris Mosque
    Something the tourists don’t usually do. It’s very important to see also this side of France, since a big part the population is muslim. This mosque doesn’t reflect the life of most muslims : its construction has been entirely done by the government, and is in Paris. Usually, French muslims pray in little rooms, appartments, streets, not in an amazing building like this one. The architecture is very unique and distinctive from anything else that can be seen in Paris. It’s located in the Latin Quarter. They also have an oriental tea place  in a patio, cheap mint tea and it feels like you’re in Marocco.

 

La Grande Mosquée de Paris

 

Voilà !

I will talk soon about bars & restaurants, the nightlife and shopping places!


Chers amis,

Je vous retrouve en ce début de semestre tout à fait prometteur et horriblement crevant. En plus de mes trois cours de niveau avancé, j’ai décidé de prendre deux cours de musique (Orchestre et Choeur baroque), je donne des cours de français et je songe à faire de la danse moderne et une intro au tricot et aux arts du vêtement (si, si).

Je sens aussi que ma mission civilisatrice arrive un peu à son terme, maintenant que Sciences Po. a décidé qui allait me remplacer l’année prochaine. Bienvenue, JB et Inès !
Néanmoins, espérant que mon oeuvre bloguistique survivra jusqu’à ce qu’un système ultra perfectionné remplace internet ou qu’Hampshire soit victime d’une insurrection et disparaisse, je vais continuer à détailler mon parcours ici, et continuer à vous donner quelques nouvelles d’Hippieland.

Frontière Massachusetts – Vermont

Voici un article que j’ai essayé d’écrire tout le premier semestre, mais je n’avais pas le recul suffisant sur Hampshire pour le faire, et je n’aurais pas dit tout ce qui a besoin d’être dit.
En me remettant dans la peau du petit bébé de deuxième année que j’ai été (il y a fort longtemps), une grande question se pose lorsque l’on parle d’Hampshire : Suis-je fait(e) pour cet endroit ? Hampshirite ou pas Hampshirite ?

Il est vrai que l’on parle d’un endroit hors norme, un peu coupé du monde, ou à mon humble avis tout le monde ne devrait pas postuler – d’ailleurs, les « appelés » sont peu nombreux chaque année à postuler et à être reçus.
Simplement, vu de Paris, je pense qu’il est facile de postuler pour les mauvaises raisons.

Laissez moi vous expliquer. Deux grandes raisons poussent selon moi les élèves à postuler à Hampshire.
1) Waaa, trop cooool, un collège de hippie sans notes, je vais pouvoir faire pousser de la Marijuana dans les bois et me remettre au trombone à coulisse (ou à la sculpture de légumes, aux documentaires animaliers… les déclinaisons sont infinies).
2) Je veux une VRAIE expérience Américaine, humaine et linguistique, quelque chose de différent, dans une communauté diverse et ouverte.

Il y a du vrai dans ces deux idées, mais aucune des deux n’est exclusive, et surtout Hampshire c’est bien plus (ou bien moins) que tout cela. Il ne suffit pas d’être un artiste dans l’âme pour postuler, et je pense que beaucoup d’étudiants qui adoreraient Hampshire n’y postulent pas.

Voici donc pour moi, votre maman hippie, ce qui constitue un étudiant qui aimera Hampshire et qui en sera aimé :

CURIOSITE
In-dis-pen-sable. Cette communauté est petite, mais étonnamment diverse. Ce n’est même pas une question de timidité, mais pour ne pas s’ennuyer à Hampshire, il faut vraiment aller aux évènements, chercher, découvrir, être déçu quelques fois, et adorer beaucoup de fois. Une 3A à Hampshire est le moment de commencer l’Aikido ou le club de sexualité alternative. Evidemment, derrière ses centaines de student groups et de cours, il y a du n’importe quoi (beaucoup) et de la masturbation intellectuelle (un peu). Mais prenez le temps et la peine de chercher, et vous trouverez des activités extraordinaires qui vous changeront l’existence. Et ne vous arrêtez surtout pas aux Sciences Sociales, car à Hampshire, vous pourriez fort être plus intéressé par un cours de Science Naturelle !

OUVERTURE
Pour se plaire à Hampy, Nowhere, Massachusetts, il faut être ouvert d’esprit, pour de multiples raisons. Déjà car la première chose que vous verrez en arrivant sur le campus seront des piercings, des crètes, des cheveux bleus et des pieds nus. Choc traumatique après deux ans de costard-cravate Saint-Germain-des-Prés. Si vous apprenez à les découvrir et à leur parler, vous verrez que les Hampshirites dans leur globalité sont des gens incroyables qui chacun à leur façon, partageront quelque chose avec vous. L’autre raison est qu’une année à l’étranger quelle qu’elle soit (sauf peut être à Louvain-la-Neuve :D) demande un maximum d’ouverture. Vous pouvez comme moi avoir une bonne connaissance des Etats-Unis, un bon accent et même de la famille sur place (5 secondes d’amour propre), vous serez toujours surpris par ce qui va vous arriver. Les Américains ne mangent pas comme nous, ne se comportent pas comme nous, n’ont pas les mêmes sensibilités ni standards culturels. Si vous aimez partager sur votre culture et en découvrir une nouvelle et surtout si vous n’êtes pas trop stressé par le changement (+ sourire et bonne humeur obligatoire), alors vous vous amuserez autant que moi et vous rentrerez comblés. Un exemple rapide qui me vient en tête : les discussions sur la race- la religion – la sexualité deviennent très chaudes entre internationaux et américains, car il parait évident qu’entre la France, le Bhoutan et les USA, il y a tout un monde. Si vous êtes français, expliquez par exemple pourquoi dans votre culture on ne reconnait pas la race comme un critère de discrimination positive, et pourquoi, et dites bien que vous n’essayez pas de donner une leçon au modèle américain, et tout le monde sera ravi de discuter avec vous!

ENTHOUSIASME

Une chose que vous apprendrez à Hampshire, c’est qu’on a rien sans rien. Si le début de l’année vous paraît idyllique car vous êtes forcés par le groupe d’orientation à rencontrer plein de nouveaux gens, à sortir et à faire plein d’activités, vous verrez qu’on devient facilement paresseux dans la vallée. Laissez moi vous expliquer : vous avez un appartement sympa avec 4 colocs, vos cours sont à 2 minutes à pied de chez vous, la cafet à 5 et le café à 3. Tout est disponible sur la campus pour la survie de l’étudiant : boutique, gym, activités, soirées. Il est donc TRES facile de devenir paresseux, et de rester chez soi à regarder des films avec ses potes (ce qui est über cool). Simplement, à la longue, c’est un peu lassant. Sachez aussi (en tout cas, dans mon cas) que vous aurez beaucoup d’amis internationaux, qui ont une propension surdimensionnée à travailler comme des fous furieux, donc à ne pas sortir beaucoup. Dans mon cas, Hampshire reste un endroit génial car j’ai fait tout un tas de trucs tout au long de l’année, et je me suis parfois un peu forcée à sortir, à prendre des bus et des avions pour sortir un peu de la routine. Les étudiants français en échange, à Hampshire ou dans l’un des autres Colleges, sont pour cela une super ressource : vous pouvez aller sur leur campus, trainer avec eux, échanger des potins de soirées germano pratines… Prenez aussi des cours dans ces Colleges, vous n’avez pas idée de l’incroyable diversité de sujets, d’idées, de professeurs que vous pourrez y trouver + tous les nouveaux amis que vous vous y ferez. N’hésitez pas aussi si vous en avez les moyens à planifier des voyages. La vallée, le Massachusetts et le Vermont sont des régions incroyables à découvrir, et vous êtes à deux pas de tout cela. Dernier point : faites vous un pote avec une voiture, c’est primordial.

ENGAGEMENT

Tous les étudiants à Hampshire, peut importent d’où ils viennent et ce qu’ils étudient, ont une passion. Ce qui est incroyable, c’est que cette passion peut prendre n’importe quelle forme. Il est donc mathématiquement impossible que vous ne rencontriez pas au moins UNE personne qui partage votre amour des Cartes Magic, de la poésie russe ou de la randonnée à poney (true story).
Pour ma part, j’ai pu développer cette année une connaissance accrue en Queer Theory et en LGBT Studies, et reprendre l’étude du violon baroque ainsi que du chant baroque.
Engagement veut aussi dire engagement politique. Vous vous trouvez sur un campus (très) à gauche, ce qui ne veut pas dire qu’une personne plutôt centriste ou à droite ou même complètement apolitique n’y a pas sa place. Simplement, sachez que les auteurs que vous lirez, vos professeurs et vos amis seront plutôt engagés politiquement. Parfois, il faut savoir se taire, mais la plupart du temps, tout le monde est ouvert à la discussion. De coeur centriste mais peu formée politiquement, cette année m’ouvre un nouveau monde dans lequel j’adore piocher des idées et en rejeter certaines autres. Enfin, si vous ne vous sentez pas représenté par les étudiants Américains d’Hamp, sachez que les étudiants internationaux viennent d’horizons politiques beaucoup plus divers, et vous trouverez sûrement parmi eux une ressource un peu différente de discussion.

Enfin, voici selon moi (toujours) une brève liste de mes aprioris sur l’endroit, qui se sont révélés vrais ou faux :

Les étudiants d’Hampshire sont TOUS des hippies qui ressemblent à ça : FAUUUUX !
Hampshire a sa petite réputation d’école hippie. Pourtant, elle a été votée première école hipster des Etats-Unis (allez comprendre). Tous les styles existent, du gothique à la fashion lolita. Pour ma part, j’aime les fringues, j’aime la mode, et je ne me sens jamais hors du lot (bien qu’étant toujours la seule à porter des jupes et à me maquiller). Bon évidemment, en cours d’Histoire LGBT, c’est une autre histoire, j’ai carrément l’air d’un alien descendu de sa soucoupe, mais personne ne se moquera JAMAIS de vous et en tant que français, vous recevrez même plein de compliments.

Le niveau académique d’Hampshire est très moyenVRAI ET FAUX
Avant de pleurer, laissez moi vous expliquer. Le classement d’Hampshire parmi les Liberal Arts College (100 et quelques), n’est pas incroyable, et ça pour deux raisons : le College est TRES récent à l’échelle universitaire (40 ans), et fait qu’il n’y ait pas de notes et même la philosophie de l’établissement rendent un classement presque impossible.
Comme dans TOUTES les universités, vous trouverez des glandeurs, des gens chiants et des fumeurs de weed. Il y en a à Harvard, à Princeton et même à Sciences Po, O damnation. Simplement, sachez que la majorité des professeurs à Hampshire sont absolument excellents – j’en suis à mon 3e qui a un PhD d’Harvard, et la plupart ont des années d’activisme derrière eux ou ont fait des trucs complètement incroyables. Les élèves payent $55,000 par an pour être à Hampshire, la plupart d’entre eux sont boursiers au mérite et par conséquent absolument brillants. Et surtout, tout le monde est passionné, on écrit et recherche beaucoup, bref, votre cerveau va bouillonner. J’ai entendu beaucoup moins d’énormités (type: « c’est quoi le mur de Berlin? ») que mes amis en Ivy League. Just sayin’. Enfin, si vous voulez faire des choses beaucoup académiques et en mode Sciences Po ou juste pour changer un peu, vous avez une énorme université d’Etat et 3 colleges (dont le meilleur des USA) à 5 mn de chez vous et ou tous les cours ou presque vous sont ouverts.

3) Vivre à la campagne, c’est horrible VRAI ET FAUX
J’ai vécu toute ma vie dans des villes de moyenne à grande taille (cf. Metz puis Paris), je suis avide de culture, et je suis sortie beaucoup jusqu’à ma 2e année d’université. Je suis assez précieuse et pas du genre à camper dans un champ et à faire pipi dans les bois. Cette année est le bol d’air dont j’avais besoin. La vallée est certe isolée et « campagnarde », mais c’est joli, vivant et grouillant de trucs à faire. 2h de bus de Boston et 3h de bus de NY vous permettent de vous évader facilement pour un week-end, + Canada et Vermont tout près. Je vais pas vous mentir, la campagne à ses inconvénients, notamment quand vous voulez bouger plus loin. Elle rend aussi tout compliqué, notamment les sorties « random » (on a tendance à planifier quand on a pas de voiture). Mais qu’est ce que ça fait du bien de prendre un peu l’air !

4) On ne fait pas la fête à Hampshire FAUX
On la fait juste différemment. Les appartements accueillent chaque weekends des soirées plus ou moins folle, avec dose d’alcool, de drogues, de gens compressés et sensiblement à poil. Rien à voir avec les frats cependant, mais si vous voulez votre quota de soirée qui tache, vous serez servis. Les filles des colleges de filles (Mt Holyoke et Smith) viennent d’ailleurs souvent chercher leur one-night-stand du samedi soir à Hampy. Tout au long de la semaine et du week-end, il y a aussi un nombre incalculable de soirées posées entre potes dans les différents lieux de sociabilité d’Hampshire. Vous pouvez aussi sortir en boite (18 ans et plus), au bar (21 ans et plus), ou aller dans les soirées des autres universités (frats dispo à Umass et Amherst College). Hampshire organise aussi deux grosses soirées par an (Hampshire Halloween, cf mon article, et Spring Jam), et de nombreuses petites soirées officielles (danse latino, soirées Queer), concerts, théâtre.


Chers lecteurs,

Je vous écrit du fin fond de l’Alaska. Selon le Facebook officiel d’Hampshire, nous sommes officiellement entrés en phase « Snowpocalypse », « Snowmageddon », « Snowtorious B.I.G ». Hahahaha, très drôle l’administration, très drôle.
Je ne sais pas pour l’Apocalypse, mais je peux vous dire que si un College ferme pour cause de neige, c’est qu’il y en a vraiment, vraiment beaucoup. J’évaluerai la quantité tombée hier à quelque chose entre 40 et 60cm, sans compter la couche qu’il restait des dernières tombées !

Mais la bonne nouvelle,  c’est qu’évidemment, quand un College ferme pour cause de neige, et bien on a pas cours. (ça veut dire aussi que TOUT est fermé et qu’on peut pas sortir, mais c’est pas grave). Pas cours pendant deux jours, à Hampshire, ça veut dire faire tout un tas d’activités à la con pour passer le temps.
– Tourner un film intitulé Snow Day dans lequel je joue une pute nommée Stacy, CHECK
– Se rouler dans la neige, glisser dans la neige, s’asperger de neige, se lancer des boules de neige, CHECK
– Regarder un film d’horreur qui parle de neige (cf, the Shining) tout en observant le phénomène climatique se produire à l’extérieur, CHECK (et ça fait très très peur)
– Dégommer des stalactictes avec une balle de foot, CHECK
– Mettre 20 mn à la place de 5 pour faire n’importe quel trajet, CHECK
– Se bourrer la gueule dans les dorms parce qu’on est trop contents de pas avoir cours + fumer beaucoup d’herbe, OBSERVE (les dorms étaient ridicules hier soir)

Voici donc les nouvelles de la planète mars. Le titre de cet article est une phrase tirée de notre film SNOW DAY, bientôt sur vos écrans, si vous aimez les films de merde.

En espérant ne pas devenir folle comme le mec dans Shining,

Cordialement,

Pauline

Mod 37 sous la neige

Stalactites, Stalactites


Cet article s’adresse surtout aux futurs étudiants en échange à Hampshire, ou à n’importe qui s’apprêtant à passer un hiver sur la côte Est. Que vous veniez de Paris, Marseille ou Metz, vous avez tous cette peur au fond de vous qui vous ronge, et qui va vous faire vous demander plus d’une fois : « mais pourquoiiii j’ai pas étééé en Australiiiiie ? ».
Cette question est stupide puisque la côte Est est awesome. Mais la Côte Est commence aussi à craindre à partir de fin Novembre, il faut en convenir. Pour info, il a fait très beau à Amherst jusqu’à mi-novembre (on pouvait sortir en tshirt ou en pull). De mi-novembre à mi-décembre, les températures ont baissé sans que ce soit atroce, et de mi-décembre à aujourd’hui (30 janvier 2011), il a fait très froid, il a neigé beaucoup et j’ai pu observer de nombreux phénomènes climatiques paranormaux jamais observés en France. Voici donc quelques idées pour survivre au climat polaire de la Pioneer Valley :

#1 : Ok, il neige, mais c’est pas la fin du monde

Ce qu’on apprend en visitant Montréal (ou j’ai vu ma première grosse quantité de neige), c’est que contrairement à Paris, 20 cm de neige n’est pas égal à apocalypse. Les voitures roulent, ainsi que les bus et les trains, et ce sans aucun retard. C’est une obligation légale de déneiger les trottoirs, ce qui vous évite de vous casser la gueule (ou si cela vous arrive, vous permet de traîner le propriétaire dudit palier en justice). Et en plus les gens sont de bonne humeur car ils ont l’habitude de ce genre de climat. Tout va bien donc – normal pour une province qui dépense la plus large partie de son PIB en travaux de déneigement.
Dans le Western Massachusetts c’est un poil différent, car on se trouve quand même dans un périmètre géographique qui compte (beaucoup) plus de vaches que d’habitants. Il est donc possible que certains bus soient retardés, ou que certaines routes de campagne soient moins accessibles. Mais globalement, tout le monde survit.
Après, sur le campus, c’est une autre histoire. Si vous habitez dans les dorms et que vous mangez à la cantine du coin (Saga pour les intimes), tout va bien pour vous puisque le seul chemin que vous avez à faire prend de 10s à une minute. Mais si vous habitez comme moi dans les petits appartements un peu isolés de Main Campus, il y a un peu plus de contraintes. Seulement certaines allées sont dégagées, ce qui rallonge considérablement chacun de nos trajets. De la glace s’est formée un peu partout sur notre perron, ce qui occasionne de nombreux cassages de gueule et réduit le nombre de nos visiteurs. Et des stalactites manquent de nous tuer dès qu’on ouvre la porte. Mais globalement, c’est totalement vivable, la preuve:  12 étudiants internationaux sur 32 n’avaient jamais vu la neige de leur vie, et tous sont aujourd’hui vivants et en bonne santé! 🙂

#2 : Le froid est moins froid qu’à Paris

Explication : évidemment, il fait plus froid en moyenne à Amherst qu’à Paris. Mais j’ai pu remarquer à de nombreuses reprises qu’un -20°C à Amherst est beaucoup, beaucoup moins pire qu’un -20°C à Paris. Il peut y avoir du vent à Hampshire, mais il y a aussi très très régulièrement un grand soleil qui réchauffe l’atmosphère. Quoi de plus agréable que la neige au soleil ?
Egalement à signaler : la température que vous verrez sur votre thermomètre sont les « vraies » températures. Pas de fausses surprises comme à Montréal où un -15°C peut être équivalent à un -30°C « ressenti » à cause du vent et de l’humidité !

#3 : Garder sa dignité quand on se les gèle, c’est possible!

Dernier point CRUCIAL : les vêtements. Que porter quand il fait -25°C sans avoir l’air d’un croisement entre un bonhomme Michelin et un ours polaire ?
Les Américains et Canadiens ont trouvé de VRAIES réponses à ces questions. Pour avoir été en France en décembre pendant la dernière vague de froid, c’est dingue comme on craint sur ce point. La seule solution pour le Français grelottant est d’aller dans le Décathlon du coin s’acheter une polaire et des chaussures de l’espace.
Ici, point de tout cela. Nous avons la technologie, le confort et même parfois l’esthétisme (!), le tout pouvant se trouver à un coût modeste. J’ai personnellement mis le paquet sur les achats d’hiver car je suis très (très!) frileuse et je n’avais jamais été aux sports d’hiver, mais il est totalement possible de survivre si l’on a un bon manteau et des bonnes chaussures sans rien acheter de nouveau. Voici un petit « guide fashion » pour les yétis en herbe, qui vous aidera à survivre de Washigton à Montréal !

Le manteau
Peutêtre l’achat le plus crucial du semestre. N’oubliez pas que nos manteaux parisiens en laine retournée (cabans et autres duffle-coat) ne vous serviront ABSOLUMENT PAS à Amherst. Il prennent du poids et ne sont pas assez chauds. J’en ai apporté deux, je les ai renvoyé immédiatement en France! Ce qu’il vous faut, c’est une veste de mi-saison et une grosse fat doudoune, testé et approuvé!

J’ai personnellement acheté ma doudoune chez TJ Maxx à Hampshire Wall, un magasin qui revend les invendus des collections différentes. Rien de bien « fancy » pour $40, mais elle tient décemment chaud.

Ma doudoune est une Kenneth Cole Reaction, elle ressemble un peu à celle là en plus courte (attention néamoins à ce qu’elle couvre les fesses – c’est hyper crucial, vous me remercierez) et qu’elle a une capuche. Des marques très à la mode ici seraient Northface ou Canada Goose, mais je vous encourage à aller vous fournir dans des magasins d’usine, une doudoune noire reste une doudoune noire.

Je porte toujours ma doudoune avec une veste polaire Patagonia en dessous (90 euros dans un magasin de Sport en France). La veste en polaire peut rendre n’importe quel manteau -ou presque- vivable pour l’hiver, pensez y !

Les chaussures

Les Canadiens vous expliqueront que les chaussures sont l’accessoire le plus important de votre garde-robe d’hiver. Si vous avez froid aux pieds ou aux mains ou au contraire que vous transpirez, le froid se propagera beaucoup plus vite dans votre corps, sans compter le fait que vous aurez beaucoup de mal à marcher.
J’ai pu confirmer cette théorie après avoir passé la moitié de l’hiver en Uggs (achetées en soldes $60 dans un retail store). Ces chaussures sont les plus confortables du monde, mais elles prennent l’eau et le sel les assassine. Fail.
J’ai donc profité des soldes à Montréal pour m’acheter une paire de Rolls-Royce de la neige. OUI, elle m’ont coûté $180 en solde. OUI, elles ne sont même pas si esthétiques. Mais si vous saviez le surplus de confort qu’elles m’apportent, sans compter le fait que je peux marcher partout avec, même dans 30cm de neige, et qu’elles tiennent mes pieds au chaud jusqu’à -30°C…
C’est mon meilleur investissement de l’année !

Bottes  ECCO Siberia

Il est néanmoins possible de trouver des bottes pour $40-$60. Une autre marque très famous ici est SOREL, ils font pour les filles et les garçons.

Les accessoires

Enfin, il est nécessaire voire indispensable d’acheter des gants et un bonnet. J’ai également acheté des collants de ski Décathlon que j’ai porté en dessous de mes jeans à Montréal quand il faisait -30°C. Mais normalement, pas besoin de cela à Amherst.
Les filles, pensez aux Jeggings, les Leggins en jean élastique hyper épais qui tiennent chaud et sont sur les fesses de toutes les américaines!


A peine revenue d’un fantastique séjour à Montréal -sur lequel vous aurez plus de détails très bientôt-, me voici déjà en train de me les re-geler à Hamp. Outre les blocs de glace, les stalactites qui manquent de nous tuer chaque soir quand on rentre chez nous et qu’on ouvre notre porte et les pâtés de neige qui font deux fois ma taille, nous autres Hampshiriens doivent gérer avec la reprise des cours (le « shopping »), nos nouvelles activités, les student groups…

Une semaine bien remplie donc. Il faut aussi préciser que j’ai déménagé très très loin -dans la chambre d’à côté, l’ancienne chambre de mon ami Musa- que ça m’a pris un temps fou (qu’est ce que j’ai pu amasser comme conneries en 5 mois c’est incroyable) et que j’ai mis du temps à m’habituer à mon nouvel environnement. Etre tout seul dans sa chambre c’est extrêmement bizarre, et Bara et moi avons du nous répartir nos biens communs comme lors d’un divorce – heureusement, elle habite toujours dans mon ancienne chambre, et nous sommes toujours aussi proches. Ouf. Le mod (appartement) a aussi eu droit à son nettoyage de printemps. Pour le bien être de mes potentiels 2 lecteurs, je ne décrirai pas ce que j’ai trouvé, mais oh-mon-dieu. J’ai aussi appris à mon coloc tibétain à passer la serpillère et à nettoyer des toilettes – tout lecteur avisé aura donc pu deviner qu’il ne l’a pas fait une seule fois lors du semestre dernier. Yummy.

Quand aux cours, je suis pour l’instant inscrite à trois d’entre eux, mais ma shopping week a été un peu folle et mon emploi du temps n’est pas encore très stable. J’ai choisi :

  • History of LGBT communities in the US (1945-2003), Daniel Rivers. Ce cours se déroule à Smith College, dans le département pionner de Study of Women and Gender, sûrement le premier du genre aux USA (créé dans les années 1970). J’avais déjà essayé de rentrer dans un cours du Pr. Rivers au  premier semestre, et il n’avait pas pu m’accepter car je n’avais pas les pré-requis demandés par Smith (la recherche personnelle ne compte pas pour ce genre de choses). J’ai été éblouie par les 2 premiers cours (Gay & Lesbian communities in World War II USA), c’est un orateur incroyable et un vrai chercheur qui connaît tout sur tout dans sa discipline. C’est un cours extrêmement exigeant mais je suis très contente d’avoir pu y accéder.
  • The Body in Contemporary Philosophy, Monique Roelofs. Cours à Hampshire, 100 Level donc un peu simple, où on va étudier 99% d’auteurs français. La prof est néerlandaise et a un accent à couper au couteau. Mouais.
  • Law and the Production of Difference, Falguni Sheth & Flavio Risech. Je n’ai pas encore eu une session complète et on a très peu de détails sur le cours, mais ça va être un mélange savant de théorie politique et de droit qui a pour but d’expliquer comment l’Etat américain « rejette » certaines populations (terroristes, immigrants, « queers ») et quels sont les mécanismes de ce rejet. Malgré une relecture d’Hobbes et de Locke (pour la 12 000e fois en deux ans), le semestre promet d’être intéressant.

Je fais aussi partie de deux projets musicaux :

  • Orchestre de musique ancienne des 5 Colleges : on sera apparemment une petite vingtaine. Les répétitions se passent à Umass, et on jouera du répertoire sur instruments anciens. Fun quoi !
  • Voces Feminae – Groupe sélectif de voix féminines (musique ancienne) : The other side of the geek – le chant ! Ce semestre,  le répertoire de Voces Feminae (basé à Smith) n’inclura QUE des pièces chantées dans des langues -presque- mortes, dont une partie en gaélique. C’est le genre de truc qui rendrait n’importe quelle personne saine d’esprit complètement folle mais qui me fait kiffer à un point indescriptible.

Se profilent aussi à l’horizon de (nombreuses) heures de tutorat de français, un potentiel job, et l’organisation de la 5 College Queer Gender & Sexuality Conference à Hampshire.

Je vous laisse avec quelques photos d’Hampshire sous la neige ! (prises sur le Facebook d’Hampshire – le temps me donne moyennement envie de dégainer mon appareil photo)


Comme certains le savent, je suis actuellement en stage d’observation de 2 semaines à Montréal.

Cette ville est extraordinaire, pleine de vie, les québécois sont adorables, prévenants et aiment beaucoup les français. Et mon stage se déroule à merveille.
Avant un plus long article à venir, je voulais juste vous faire découvrir mon petit paradis d’une semaine, le Jardin de Chine du Jardin Botanique de Montréal, ou j’ai été affectée la semaine dernière. Entre penjings (bonsai chinois) et calligraphie dongba, je me suis beaucoup amusée !
Je suis présentement trop fatiguée pour faire honneur à l’endroit en lui écrivant un article digne de ce nom, mais voici quelques photos qui vous situent l’ambiance (enneigée) de ce stage.